Enjeux de la simplicité chez les naturalistes français, par Mariane Bury

Nouveaux bureaux pour la vente des journaux, J. Gaildrau, graveur, 1859. © Bibliothèque nationale de France


Le moment naturaliste est particulièrement propice à une approche de la simplicité. Que signifie donc ce terme en régime naturaliste ? Pourquoi le mobilise-t-on ? Pour mener l’enquête, Maupassant me sert de guide privilégié étant donné la fréquence de la notion dans sa production critique, essentiellement via les chroniques parues dans les journaux. J’observe d’abord la place centrale que la simplicité occupe dans les débats naturalistes tout au long de la décennie 1880-1890. J’essaie de montrer que si la question du style ne suffit pas à définir la quête du simple, le rapport à la langue engage majoritairement un point de vue sur la littérature, avec la querelle autour de l’écriture artiste où les deux définitions antithétiques de la simplicité, comble de l’art ou absence d’art s’affrontent; cet enjeu prend une dimension axiologique, puisqu’il en va de la valeur de l’écriture ; un deuxième enjeu, conjoncturel et indissociable de celui-ci consiste pour les « petits naturalistes » à inscrire leur nom dans le champ littéraire en prenant position sur la question de la simplicité, pour la revendiquer d’abord au début des années 1880,avec le groupe de Médan autour de Zola, Maupassant, Hennique, Alexis, Huysmans, Céard et pour la rejeter vigoureusement plus tard : la seconde génération, les « cinq » contre Zola en 1887, Descaves, Rosny, Margueritte, Guiches et Bonnetain veulent en finir avec la simplicité comme on le voit dans les romans qui la mettent en abyme, notamment Le Termite de Rosny; on peut par contraste repérer chez Maupassant, à la marge du mouvement naturaliste, une forme de réalisation heureuse de l’idéal de simplicité fixé à l’orée du naturalisme par Flaubert et Zola, un idéal qui combine le travail du style et la volonté de faire vrai et beau, d’atteindre un degré supérieur d’évidence. La nouvelle maupassantienne réunit les principales aspirations de l’auteur à la simplicité, celles de l’intrigue, des personnages, et de l’expression, assorties d’un parti pris de sincérité répondant à l’exigence essentielle de la production d’émotions. Il y a simplicité quand se manifeste de façon évidente et immédiate « l’illusion complète du vrai ». La profondeur du vivant donnée à sentir dans la présence évidente et instantanée de la révélation esthétique, tel est le comble de l’art qui pourrait permettre d’approcher une définition la simplicité.

Billet rédigé par Mariane Bury

Bibliographie sommaire.

Brunetière Ferdinand, « Les petits naturalistes », Revue des deux mondes, juillet 1884

Bury, Mariane, La Nostalgie du simple, essai sur les représentations de la simplicité dans le discours critique au XIXe siècle, Champion, 2004 ;

La Poétique de Maupassant, Sedes, 1994

Cressot, Marcel, La phrase et le style de J.-K. Huysmans, Droz, 1938

Desprez, Louis, L’évolution naturaliste, Tresse, 1884

Dousteyssier-Khoze, Catherine, “L’angoisse de l’influence naturaliste”: “Tous Quatre” de Paul Margueritte et “Le Termite” de J.-H. Rosny », Nineteenth-Century French Studies, University of Nebraska Press, vol.31, p.123-137, 2002

Dubois, Jacques, Les romanciers du réel de Balzac à Simenon, Points, Seuil, 2000

Le Goffic, Charles, Les Romanciers d’aujourd’hui, Vanier, 1890

Maupassant, « Le Roman », préface de Pierre et Jean, Louis Forestier éd., Pléiade, Gallimard, 1987, p.703-715 ; l’ensemble des chroniques de Maupassant sont à retrouver sur le site de T. Selva, « Maupassant par les textes », http://maupassant.free.fr/

Noiray, Jacques, Le simple et l’intense, Garnier, 2015

Philippe, Gilles, Sujet-verbe-complément, Bibliothèque des idées, Gallimard, 2002

Pierre, Chantal, Zola et les fortunes de la fiction, Nathan, 1999

ZolaLe Roman expérimental, éd. GF, A. Guedj, 1971 ; Les Romanciers naturalistes, éd. F.-M. Mourad, GF, 2020

Collectifs :

Ecrire en artistes des Goncourt à Proust, P.-J. Dufief, G. Mélison-Hirschwald éd., Champion, 2016

La langue littéraire en 1880Les cahiers naturalistes, Dossier Composé par Gilles Philippe, n°1031, 1er mars 2012

Les mondes naturalistesCahiers naturalistes, dossier composé par Corinne Saminnadayar-Perrin « Une littérature au second degré ? », n°94, 2020.

Relecture des « petits naturalistes », C. Becker, A.-S. Dufief, RITM, Nanterres, 2000

La Simplicité, Manifestations et enjeux culturels du simple en art, S. Jollin, Lia Kurts, A.M. Paillet, C. Stolz, H. Champion, 2017

Mariane Bury est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à la faculté des lettres de Sorbonne Université. Elle est spécialiste de Maupassant auquel elle a consacré sa thèse et une quarantaine d’articles. Elle a publié notamment La Poétique de Maupassant aux éditions SEDES et Mariane Bury commente Une Vie dans la collection «Foliothèque». Elle a également édité un volume de nouvelles,  Le Horla et autres récits fantastiques au Livre de Poche. Elle s’intéresse aussi depuis longtemps à la critique littéraire : on lui doit notamment La Nostalgie du simple, essai sur les représentations de la simplicité dans le discours critique au XIXe siècle chez Champion, ainsi que le volume Redécouvrir Nisard, Un critique humaniste dans la tourmente romantique paru chez Klincksieck.



Citer ce billet
Cecile Mahiou (2024, 5 mai). Enjeux de la simplicité chez les naturalistes français, par Mariane Bury. Éthique et esthétique de la simplicité. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://simplicite.hypotheses.org/875

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search